Sélectionner une page

Fallait-il organiser le second tour des élections municipales le 28 juin prochain ? La question qui s’est posée à Édouard Philippe n’aurait jamais dû être : Il faut refaire les deux tours !

La perspective d’un second tour plusieurs mois après le premier marquerait une rupture d’égalité flagrante entre les maires sortants et les autres candidats que le législateur ne devrait pas tolérer.

Alors que la crise sanitaire arrêtait net toute campagne municipale, les maires sortants ont pu continuer à jouir de la communication municipale et médiatique pour ajuster leur image.

Au sortir du premier tour, les plus en difficulté d’entre eux ont ainsi profité des budgets municipaux pour parfaire leur notoriété, certains se parant en héros locaux anti-COVID, d’autres multipliant les gesticulations pour redorer leurs bilans.

Pendant ce temps, les autres candidats de second tour sans budget ni moyens, ni même le droit de poursuivre la campagne, n’ont pu qu’assister impuissants à ces spectacles inéquitables.

Le Gouvernement doit tirer les leçons de la mascarade du premier tour qui a vu 30000 communes se doter de municipalités parfois illégitimes. Afin de respecter tout principe de justice et d’égalité, il est nécessaire d’organiser de nouvelles élections à deux tours dans les communes non-pourvues.

Nicolas Goury
Conseiller municipal de Petit-Quevilly
Délégué départemental adjoint du RN76