Sélectionner une page

Communiqué de presse de Nicolas Goury suite à l’attaque du commissariat de police de Petit-Quevilly

Il est un constat que personne ne peut réfuter : La délinquance ne sommeille jamais bien longtemps à Petit-Quevilly, et l’actualité le démontre encore après l’attaque du commissariat de police ce dimanche 17 mai par des racailles armées d’engins incendiaires.

Preuve en est donné par tous les candidats aux élections municipales qui ont inscrit dans leurs programmes le renforcement de la sécurité par diverses propositions plus ou moins efficaces.

La Mairie a annoncé une augmentation de la vidéo-surveillance sur la commune. C’est un premier pas justifié, mais largement insuffisant compte tenu des leviers légaux mis à disposition d’un maire d’une zone « prioritaire » comme Petit-Quevilly.

Une partie de la ville est effectivement située en zone « Quartier Prioritaire de la Ville », notamment le quartier de la piscine où se situe le commissariat de police en sous-effectif notoire. Cette particularité donne droit à plus de 2 millions d’euros annuels de dotation de l’État, sans qu’ils ne soient — ou si peu — affectés à la sécurité des Quevillais.

Cette situation doit radicalement changer. La délinquance affecte notre ville toute entière en lui donnant une image déplorable et un déficit d’attractivité important. La majeure partie de la Dotation de solidarité urbaine doit être affectée à la sécurité des Quevillais par un accroissement des effectifs et équipements de policiers municipaux.

Nicolas Goury
Conseiller municipal de Petit-Quevilly
Délégué départemental adjoint du RN76